Réaction du chef du NPDQ concernant le budget du gouvernement québecois

En réaction au budget de M. Leitão, j’ai pris le temps de mesurer ma réponse.

Comment ne pas être content des nombreuses mesures? En fait, ma réaction doit être la même que la plupart d’entre vous, un sentiment de cynisme envers la classe politique.

Cette fois c’est encore plus choquant, parce que, selon les analyses d’économistes, pour les 2 prochaines années, on devra de nouveau se serrer la ceinture pour revenir à un équilibre budgétaire réel. Somme toute, ce budget est clairement électoraliste et tente de séduire en dernier recours vu l’insatisfaction pratiquement unanime de la population envers ce gouvernement.

3 ans à étriquer les services publics pour finalement en arriver à remettre une partie des fonds originaux qui avaient subi une ponction. Vouloir alimenter le cynisme davantage, les libéraux n’auraient pas pu mieux su faire.

Les grands oubliés de ce budget sont encore une fois ceux qui ont le moins de voix, les personnes les plus fragilisées de notre société, qui, je vous le rappelle, font partie de notre vivre-ensemble. Les organismes communautaires sont laissés pour compte. La lutte contre l’iniquité fiscale de nos entreprises, face aux géants de l’Internet, ne se fait qu’à moitié, bref la valse des milliards se fait, mais pas pour tout le monde.

Nous présenterons, sous peu, un projet de plateforme électorale qui parlera pour tous. Il s’adressera autant aux mieux nantis, qu’à ceux qui sont fragilisés par leur condition économique et sociale.

Raphaël Fortin
Chef du NPDQ