NPDQ

EN

10 octobre 2021

๐‰๐จ๐ฎ๐ซ๐ง๐žฬ๐ž ๐ฆ๐จ๐ง๐๐ข๐š๐ฅ๐ž ๐๐ž ๐ฅ๐š ๐ฌ๐š๐ง๐ญ๐žฬ ๐ฆ๐ž๐ง๐ญ๐š๐ฅ๐ž

๐—ฃ๐—น๐˜‚๐˜€ ๐—พ๐˜‚๐—ฒ ๐—ท๐—ฎ๐—บ๐—ฎ๐—ถ๐˜€ ๐—ฑโ€™๐—ฎ๐—ฐ๐˜๐˜‚๐—ฎ๐—น๐—ถ๐˜๐—ฒฬ
Selon Statistique Canada, 1 Canadien sur 5 est touchรฉ, ร  chaque annรฉe, par un problรจme liรฉ ร  la santรฉ mentale, et ce, avant la pandรฉmie. Depuis, ce serait 1 Canadien sur 3, toujours selon Statistique Canada. La pandรฉmie de COVID-19 aurait amplifiรฉ la situation ร  ce point critique. Tous les groupes dโ€™รขge et classes sociales sont touchรฉs ( quโ€™on pense ร  Jonathan Drouin ou Carey Price qui ont vรฉcu des รฉpisodes de trouble de santรฉ mentale) et la situation actuelle accable particuliรจrement les personnes soignantes et les proches aidants. Personne nโ€™est immunisรฉ contre les risques de souffrir dโ€™un trouble un jour ou lโ€™autre.
๐—ง๐—ผ๐˜‚๐˜€ ๐—น๐—ฒ๐˜€ ๐—ท๐—ผ๐˜‚๐—ฟ๐˜€
La Journรฉe mondiale de la santรฉ mentale met en รฉvidence quโ€™une bonne santรฉ mentale est favorisรฉe par de multiples facteurs. Nous ne pouvons attendre la fin de la pandรฉmie de COVID-19 pour investir dans la prรฉvention, dans le soutien et dans la mise en place des conditions pouvant favoriser la rรฉsilience. Dโ€™intรฉrรชt collectif, la santรฉ mentale doit se voir accorder une place prรฉpondรฉrante par nos gouvernements et autres dรฉcideurs de notre sociรฉtรฉ. Nos gouvernements doivent y accorder un engagement et des investissements majeurs.
X